#1: le financement.
Contrairement à ce que l'on peut croire, le budget n'est si astronomique. Compter entre 1500 et 4000 euros pour un billet tour du monde. Cela dépend de l'itinéraire choisi. Opter pour des pour des pays où le coup de la vie ne vaut rien pour nous gros bouffeurs européens. On s'en sort pour un budget global d'environ 10 000 euros pour un an.

l'avantage d'être jeune et un peu casos, c'est qu'il existe une tonne de bourses pour divers projets. S'organiser pour monter ce projet, voir les calendriers des bourses.

Un malheur dans ma vie m'a donné le privilège d'être à 24 ans propriétaire de mon appartement à Paris. Si je le met en location, cela me permet d'avoir une rente chaque mois.

Voilà comment je compte m'organiser pour financer ce périple.

dans le calendrier
novembre, décembre 2007: recherche des bourses existantes. établir un calendrier, monter le projet.
janvier à mars 2008: rédaction du projet, recherches de contacts
mars 2008: premiers rendus
avril, mai 2008: recherches de sponsors pour la bourse DEFI JEUNE
mai, juin 2008: n'ayant pas trouvé de sponsors pour la candidature à la bourse DEFI JEUNE, je suis toujours en campagne pour trouver des sponsors.
juillet/aout 2008: tous les organismes sont fermés il n'y a plus qu'à attendre septembre.
septembre 2008: enfin un deuxième sponsor, la mairie du 19e qui m'accorde un soutien in extremis, je boucle le dossier en toute dernière minute.
octobre 2008: lauréate de la bourse DEFI JEUNE

note: La bourse de la mairie de Paris n'accepte les dossiers que pour les projets réalisés dans l'année en cours.
La DRAC a estimé que mon projet tenait trop du photo journalisme et donc jugé irrecevable.
La bourse de la vocation a répondu négativement à ma candidature.
La Fondation de France n'a pas répondu à ma candidature.
et beaucoup d'autres dossiers envoyés qui n'ont pas eu de suite.

#2: le projet.
La photo, le voyage, la danse. La base.
La photo parce que c'est ce à quoi je me destine professionnellement.
Le voyage, c'est la façon que j'ai d'apprendre à prendre des risques.
La danse, en travaillant trois ans au Théâtre de la Ville il y a des vibrations qui se sont installées chez moi et j'en ai profité pour me mettre en contact avec des compagnies et des chorégraphes.
Combiner les trois.